Ericinées (Ericaceae). Erica. Bruyère.

Erica arborea L. Bruyère arborescente.
Région méditerranéenne, Cévennes, Pyrénées.
Localisation.
Habitats : Bois, landes.
Fleurs blanches, rosées ou roses.
Taille : de 1 à 4 mètres.
Fleurit du mois de janvier à mai.
Plante vivace.


Erica arborea L. 13119 Saint Savournin 2005.

Erica arborea L. 13119 Saint Savournin 2005.

Erica arborea L. Bruyère arborescente. Arbrisseau de 1-3 mètres, à tiges dressées, très rameuses, à rameaux blanchâtres, couverts de poils inégaux, la plupart rameux ; feuilles verticillées par 3-4, longues de 3-4 mm., linéaires-étroites, marquées d'un sillon en dessous, glabres ; fleurs blanches, odorantes, en grandes panicules pyramidales ; pédoncules plus longs que les fleurs, bractéoles vers la base ; calice à lobes obtus, 2 fois plus courts que la corolle ; celle-ci petite (3 mm.), en cloche ovoïde, divisée jusqu'au milieu en lobes obtus ; anthères incluses, munies de 2 cornes ; stigmate en bouclier, peu saillant.

NOMS VULGAIRES. - En anglais : Tree-Heath. En allemand Baumheide. En flamand : Boomheide, Groote-Heide. En italien Scopa-arborea, Scoponi-da-bosco, Stipa.

USAGES ET PROPRIÉTÉS. - Le bois de ces arbrisseaux est très lourd, dense, à grain fin, homogène, serré, de couleur rouge-cramoisi, susceptible d'acquérir un beau poli, très employé pour fabriquer les pipes et divers menus objets; c'est un excellent combustible et le charbon de bois que l'on obtient avec ces arbrisseaux est l'un des meilleurs qui existe. - Ces arbrisseaux sont très dangereux dans les incendies de forêts, car non seulement ils s'allument très rapidement, mais les morceaux enflammés qui s'en détachent et qui sont entraînés par le vent mettent facilement le feu à d'autres parties de la forêt; aussi lorsque ces plantes sont abondantes on en fait souvent un débroussaillement spécial en vue d'écarter ce danger pour les incendies. Cultivé comme plante ornementale; il en existe plusieurs variétés horticoles. - Les fleurs sont visitées par les abeilles qui y recueillent un nectar abondant, à la fin de l'hiver ou au printemps, sur les nectaires situés à la base du pistil où le tissu nectarifère forme un anneau avec huit protubérances saillantes entre les filets des étamines. - La plante a été employée contre la morsure des vipères.


Flore de France page 7998