Capparidées (Capparaceae). Capparis. Câprier.
Capparis spinosa L. Câprier épineux.
Région méditerranéenne.
Cartes des régions de France.
Habitats : Murs, rochers.
Fleurs d'un blanc rosé.
Taille : 1 à 2 mètres.
Fleurit du mois de juin à septembre.
Plante vivace.
Plante produisant chaque année des tiges en touffe ; fleurs d'environ 4 à 5 c. de largeur ; ovaire porté sur un très long pied ; fruit charnu.


CAPPARIDEAE. CAPPARIDÉES
(du genre type Capparis)
[Synonyme : CAPPARIDACÉES]
Les Capparidées renferment des plantes à fleurs régulières, dont le calice a un nombre pair de sépales (ordinairement 4), et dont la corolle, lorsqu'elle existe, a un nombre pair de pétales (ordinairement 4). Les étamines sont au nombre de 6, de 8 ou très nombreuses, à anthères tournées vers l'intérieur de la fleur.



Genre : CAPPARIS. CAPRIER (du mot grec (Capparis), désignant l'espèce principale). - Ce genre est caractérisé par ses fleurs à 4 sépales, 4 pétales, à étamines nombreuses et saillantes, à filets allongés ; la partie supérieure du pistil (ovaire et stigmate formés par le haut de 2 carpelles complètement réunis entre eux) se prolonge à la base en un pied mince et très long qui formera un faux pédoncule du fruit ; ce dernier est plus ou moins charnu, surtout dans sa partie interne, et assez dur ou coriace extérieurement.



NOMS VULGAIRES. - En français : Câprier, Taparié. En allemand : Kappernstande. En flamand : Kapperboom. En italien : Capparo, Cappero-de'-muri. En anglais : Caperbush.

USAGES ET PROPRIÉTÉS. - Le Câprier est surtout utilisé pour la récolte de ses boutons floraux qui sont comestibles et connus sous le nom de « câpres » ; cette culture est répandue en Provence et sur le littoral des Alpes-Maritimes. On met les boutons cueillis dans du vinaigre auquel on a ajouté un peu de sel ; les câpres, ainsi préparées, constituent un condiment estimé. On distingue plusieurs sortes de câpres, d'après la forme des boutons : la « câpre ronde » à boutons arrondis, d'un vert mêlé de rouge ; la « câpre capucine » à boutons anguleux et d'un vert foncé, la « câpre plate » à boutons aplatis et d'un vert souvent plus ou moins mêlé de rouge. On utilise aussi quelquefois les fruits du Câprier, qu'on recueille avant maturité et qu'on prépare de la même manière que les boutons ; ils constituent alors les « cornichons de Câprier », et forment un condiment encore plus estimé que les câpres. On a tenté de cultiver, en certaines localités, la race sans épines (286. 2°), qui rend la cueillette beaucoup plus facile. - L'écorce des racines est amère astringente et diurétique. - Les boutons de Câprier renferment de la rutine, glucoside qui se trouve aussi dans le Ruta graveolens.

Flore de France page 8196