Composées. (Asteraceae). Taraxacum. Pissenlit.

Taraxacum fasciatum
Dahlst.. Pissenlit. Dent-de-lion.
Très commun.
Localisation.
Habitats : Endroits incultes, bois, champs, chemins.
Fleurs jaunes.
Taille : de 5 à 30 centimètres.
Fleurit du mois de mars à septembre.
Plante vivace.

Taraxacum fasciatum Dahlst. Pissenlit officinal. [Synonyme : Taraxacum officinale Wigg. ;Leontodon officinalis With.]. Souche vivace épaisse ; pédoncules radicaux de 6-30 cm. dressés ou ascendants, monocéphales ; feuilles toutes radicales, en rosette, glabres ou glabrescentes, atténuées à la base, roncinées, pennatifides ou pennatipartites à segments triangulaires-lancéolés ; involucre à folioles entières ou denticulées au sommet pourvu ou non de callosité, les extérieures étalées ou réfléchies ; akènes grisâtres, épineux au sommet, égalant le bec ou plus court ; fleurs jaunes.

NOMS VULGAIRES. - En français : Pissenlit, Dent-de-lion, Florin-d'or, Salade-de-taupe, Chopine, Cochet, Couronne-de-moine, Lion-dent, Laitue-de-chien. En provençal : lou pissochin. En allemand : Echte-Kuhblume, Pfaffenblatt, Pfaffenblume, Röhrleinkraut, Bissarli, Saurüssel, Puppenblume, Wilde-Cichorie, Würzblume, Gansblume, Pferdeblume. En flamand : Paardebloem, Hondebloem, Molle-Salaad. En italien : Stella-gialla, Dente-di-Leone, Soffione, Ingrassa-porci, Dente-di-cane, Capo-di-Frate, Radicchiella. En anglais : Dandelion, Lions-teeth, Yellow-gowan, Monk-shead, Milk-gowan.

USAGES ET PROPRIÉTÉS. - La plante entière est consommée en salade. Autrefois, on se contentait de la recueillir à l'état sauvage ; mais dans plusieurs contrées elle est aujourd'hui cultivée comme maraîchère ; on en exploite plusieurs variétés améliorées telles que «verts de Montmagny», «améliorés très hâtifs », « chicorée », « mélioré mousse» dont le feuillage est déchiqueté et frisé, etc. La racine torréfiée est usitée comme succédané du café, à la manière de la racine de Chicorée. - La plante est recherchée par les vaches, les moutons, les chèvres. Les fleurs sont visitées par les abeilles qui y récoltent un nectar abondant. - L'espèce est amère, stomachique, apéritive, diurétique ; le suc de la plante est employé contre les maladies des yeux. La racine et la tige souterraine peuvent renfermer jusqu'à 24 pour 100 d'inuline ; la proportion d'inuline est plus grande en automne qu'au printemps. On trouve aussi dans la racine : du lévulose, de la mannane, de l'inosite et un principe spécial, la taraxacine. Les cendres des feuilles ont donné par l'analyse pour cent : 38,9 de potasse ; 20 de chaux ; 10 de soude ; 8 de magnésie ; 7,8 d'acide phosphorique ; 7 d'acide silicique ; 2,7 de chlore ; 2,2 d'acide sulfurique ; 0,9 de sesquioxyde de fer ; 0,5 d'alumine.




Flore de France page 8336