Rubiacées. (Rubiaceae). Rubia. Garance.
Rubia peregrina L. : Espèce protégée dans la Région Basse Normandie et dans le département Haute-Vienne.

Rubia peregrina L. Garance voyageuse.
Ouest, Midi et çà et là.
Cartes des régions de France.
Habitats : Rochers, bois.
Fleurs jaunâtres.
Taille : de 0,3 à 1,2 mètre.
Fleurit du mois de juin à août.
Plante vivace.


Rubia peregrina L. 13119 Saint Savournin 2005-06-02 (juin).

Rubia peregrina L. 13119 Saint Savournin 2005-06-02 (juin).

Rubia peregrina L. 13119 Saint Savournin 2005-09-04 (sept.).

Rubia peregrina L. Garance voyageuse. [Synonyme : Galium peregrinum Franchet].

NOMS VULGAIRES. - En français : Garance-sauvage, Petite-Garance. En allemand : Krupp, Ausländische-Röte, Fremde-Röte, Fremder-Krapp. En italien : Robbia-salvatica, Rubbia-salvatica. En anglais : Wild-madder, Evergreen-cliver.

USAGES ET PROPRIÉTÉS. - La sous-espèce Rubia tinctorum a été cultivée depuis les temps les plus anciens pour la teinture rouge que l'on extrait de ses racines et de ses tiges souterraines, l'alizarine, matière colorante rouge qui, fixée dans les tissus par un mordant d'alumine, leur donne une couleur solide et éclatante. En 1868, Groebe et Liebermann ont reproduit l'alizarine par synthèse en partant, de l'anthracène, carbure extrait des goudrons de houille, et la fabrication chimique de cette substance colorante a réduit peu à peu les cultures de la Garance, abandonnées maintenant. Mélangée à la nourriture des animaux, la Garance colore en rouge la partie des os qui se forment ; cette propriété a servi à des expériences physiologiques pour déterminer le temps au bout duquel un os renouvelle complètement la substance des os. - On trouve dans les parties souterraines de la Garance plusieurs glucosides : l'alizarine-glucoside (C26 H28 O4), sous l'action de la diastase appelée rubiase, se décompose en dextrose et en alizarine (C14 H8 O4) ; la purpurine-glucoside, sous une action analogue, se décompose en dextrose et en purpurine (C14 H8 O5) ; la rubiadine-glucoside (C21 H20 O9), sous une action analogue, se décompose en dextrose et en rubiadine. Les racines contiennent une certaine proportion d'alizarine à l'état libre, ce qui leur communique leur couleur rouge ; elles renferment en outre une substance verte, la chlorogénine, des sels alcalin, de l'acide citrique, 14 à 15 pour 100 de sucres (saccharose, dextrose, etc.), des matières pectiques, du camphre de Garance (C20 H18 O2), un carbure d'hydrogène (C20 H16), etc. L'analyse des cendres de la plante donne 21 à 50 pour 100 de chaux, 34 à 52 pour 100 de potasse, 2 à 3 pour 100 d'acide sulfurique, 3 à 6 pour 100 de magnésie, une proportion variable de soude, 4 à 6 pour 100 de chlore, 6 à 16 pour 100 de silice et 0,3 à 2,8 pour 100 de sesquioxyde de fer.





Flore de France page 8250