Linées. (Linaceae). Linum. Lin.

Linum usitatissimum L. Lin usuel.
Cultivé et subspontané.
Localisation.
Habitats : Champs.
Fleurs bleues.
Taille : de 0,2 à 0,7 mètre.
Fleurit du mois de mai à juillet.
Plante annuelle, bisannuelle ou vivace.


Linum usitatissimum L. Lin usuel. Plante toujours annuelle, glabre ; tige de 40-80 cm, ordinairement solitaire, dressée dès la base ; feuilles lancéolées, à 3 nervures ; fleurs d'un bleu vif, grandes ; sépales non ciliés ; pétales 3 fois plus longs que les sépales ; anthères oblongues, 3-4 fois plus longues que larges ; stigmates en massue ; capsule large de 7-9 mm à cloisons glabres ; graines longues d'environ 5 mm luisantes, apiculées en bec.

NOMS VULGAIRES. - En français : Lin. En allemand : Lein, Flas, Har. En flamand : Vlas. En italien : Lino. En anglais : Flax, Line.

USAGES ET PROPRIÉTÉS.- Ou cultive le Lin pour ses graines dont on retire de l'huile et qui sont usitées en médecine, et pour ses tiges qui fournissent des fibres textiles. Dans les pays relativement chauds, le Lin produit beaucoup de graines et peu de fibres d'ailleurs d'assez mauvaise qualité. Dans les pays relativement froids, il se forme au contraire moins de graines et plus de fibres. La culture du Lin est surtout importante en Belgique, dans la Russie Septentrionale, l'Irlande, la Prusse, l'Autriche, la France et l'Italie. On le cultive aussi dans les régions élevées de l'Inde, du Brésil, de l'Australie, de l'Algérie, etc., ainsi que dans l'Amérique du Nord. On distingue les « Lins d'hiver » et les « Lins de printemps ». Dans nos contrées, les premiers se sèment en septembre ou octobre et comportent peu de formes différentes; parmi les Lins qui se sèment au printemps, de mars à mai, on distingue le « Lin commun », le « Lin de Riga », le « Lin ramé », c'est ce dernier qui fournit les fibres les plus fines. On cultive aussi le « Lin à fleurs blanches » qui comporte lui-même plusieurs variations. On extrait des tiges de Lin les fibres qui se trouvent en dehors du liber. Dans ce but, on fait fermenter les tiges dans l'eau (rouissage), on brise ensuite les tiges pour rompre le bois tout en laissant les fibres intactes (teillage), puis on soumet la substance à l'action de peignes particuliers qui séparent les fibres constituant la filasse (peignage). La filasse est employée pour fabriquer le fil de lin, les toiles, et diverses étoffes fines. - Les graines de Lin contiennent environ 30 % d'une huile fine, très siccative, employé dans la fabrication des vernis, des savons, de l'encre d'imprimerie et des instruments de chirurgie. - Les fleurs de Lin sont quelquefois visitées par les abeilles qui y recueillent du nectar. -L'huile de Lin est usitée comme laxative; les graines, dont la partie extérieure se gélifie en augmentant de volume au contact de l'eau, sont émollientes et adoucissantes; on les emploie en infusion ou en décoction; la «farine de Lin» sert à faire des cataplasmes; il ne faut employer que la farine récemment préparée, car, au bout d'un certain temps, cette farine produit de acide cyanhydrique en se décomposant. - L'huile de Lin renferme des acides palmitique, oléique, myristique et linolique. La graine germant, même au début de son contact avec l'eau, contient un glucoside, la linamarine, capable de se dédoubler sous l'action d'une diastase renfermée dans la plantule, en cétone, glucose et acide cyanhydrique.





Flore de France page 7822