Ombellifères (Apiaceae). Helosciadium. Hélosciadie.


Helosciadium repens Koch. = Apium repens Lag. : Espèce protégée sur tout le territoire national.
Apium inundatum L. : Espèce protégée dans les Régions : Île de France et Nord Pas de Calais.

Apium nodiflorum
L. (Helosciadium nodiflorum). Hélosciadie à feuilles nodales.
Commun.
Localisation.
Habitats : Endroits humides.
Fleurs blanches ou d'un blanc verdâtre.
Taille : de 0,1 à 1,2 mètre.
Fleurit du mois de juillet à septembre.
Plante vivace.


Apium nodiflorum L. 13590 Meyreuil pont de bayeux 2007-06-19 (juin).

Apium nodiflorum L. 13590 Meyreuil pont de bayeux 2007-06-19 (juin).

Apium nodiflorum L. 13390 Auriol Bord de l'Huveaune 2012-07-02 (juil.).

Apium nodiflorum L. 13390 Auriol Bord de l'Huveaune 2012-07-02 (juil.).


Genre: HELOSCIADIUM. HÉLOSCIADIE (des mots grecs : (hélos), marais ; (sciadion), parasol ; parasol (ombelle) de marais. - Ce genre est défini par l'ensemble des caractères suivants : Le calice est surmonté de 5 dents plus ou moins bien marquées. Les pétales sont entiers ou plus rarement échancrés, avec la pointe recourbée en dedans ou à peine courbée. Le fruit, comprimé perpendiculairement à la cloison, est à côtes plus ou moins saillantes mais non tranchantes, moins de deux fois plus long que large. Ce sont de plantes vivaces, aquatiques, sans racine principale développée,..

Apium nodiflorum L. Hélosciadie à fleurs nodales. [Synonymes : Helosciadium nodiflorum Koch. ; Sium nodiflorum L. ; Seseli nodiflorum, Scop. ; Apium nodiflorum Rchb.]. Plante vivace de 30 cm à 1 mètre, glabre, à tiges ascendantes ou couchées, radicantes aux noeuds inférieurs, robustes, creuses, striées, rameuses ; feuilles pennatiséquées, à segments ovales-lancéolés, inégalement dentés, dépassant les ombelles ; fleurs d'un blanc un peu verdâtre ; ombelles sessiles ou à pédoncules plus courts que les rayons, opposées aux feuilles, à 4-12 rayons ; involucre nul, rarement à 1-2 folioles caduques ; involucelle à folioles scarieuses-blanchâtres aux bords, persistantes ; styles étalés, plus longs que le stylopode ; fruit ovoïde.
NOMS VULGAIRES. - En français : Faux-Cresson-de-fontaine. En allemand : Knotenscheiberich ; pour la sous-espèce 1.229 c. Schwimmscheiberich, Ueberschwemmte-Sumpfdolde. En flamand : Moerasscherm. En italien : Crescione, Crescione-salvatico-di-fossa, Sedanina-d'acqua, Gorgalestro, Erba-canella. En anglais : Mudweed, Least-marhwort, Cow-cress.

USAGES ET PROPRIETES. -Cette plante, au goût âcre et piquant; est quelquefois substituée au cresson, ce qui peut être dangereux si l'on en consomme une assez grande quantité. - C'est une plante aromatique, stimulante, résolutive, qui renferme en très petite quantité un alcaloïde vénéneux. - Dangereuse.




Flore de France page 8032 ec une foliole terminale. On peut trouver parfois des feuilles divisées en lanières allongées, mais ce sont alors des feuilles submergées. Les ombelles portent 2 à 12 rayons très grêles ; l'involucre est variable ; les involucelles sont formés de 3 à 5 bractées persistantes. Le calice est surmonté au sommet par 5 dents très courtes et peu marquées. Les pétales sont entiers à pointe aiguë, dressée ou peu courbée en dedans. Les styles, plus ou moins longs, sont très écartés et se trouvent presque sur le prolongement l'un de l'autre au sommet du fruit mûr. Ce sont des plantes vivaces, à tiges couchées sur le sol, redressées ou parfois flottant dans l'eau, dont la racine principale a disparu peu après la germination et est remplacée par des racines adventives qui naissent sur la tige en opposition avec l'insertion des feuilles. La plante se multiplie d'abord par des rameaux rampants nés de la souche primitive, puis, par des bourgeons nés sur ces rameaux, lesquels se développent et forment un pied enraciné qui s'étale. Les tiges redressées, en tombant dans la vase à la fin de l'automne, peuvent aussi multiplier la plante par leurs bourgeons, susceptibles chacun de fournir un plant isolé et enraciné. - Le type principal se reconnaît à ses feuilles toutes développées dans l'air (en général) dont les folioles sont ovales-aiguës et dentées, à ses ombelles qui portent 4 à 12 rayons et sont souvent placées sur des rameaux très courts, aux involucelles dont les bractées sont membraneuses et banchâtres sur les bords, et à l'involucre qui n'est pas développé ou est quelquefois représenté par 1 ou 2 bractées tombant après la floraison.

NOMS VULGAIRES. - En français : Faux-Cresson-de-fontaine. En allemand : Knotenscheiberich ; pour la sous-espèce 1.229 c. Schwimmscheiberich, Ueberschwemmte-Sumpfdolde. En flamand : Moerasscherm. En italien : Crescione, Crescione-salvatico-di-fossa, Sedanina-d'acqua, Gorgalestro, Erba-canella. En anglais : Mudweed, Least-marhwort, Cow-cress.

USAGES ET PROPRIETES. -Cette plante, au goût âcre et piquant; est quelquefois substituée au cresson, ce qui peut être dangereux si l'on en consomme une assez grande quantité. - C'est une plante aromatique, stimulante, résolutive, qui renferme en très petite quantité un alcaloïde vénéneux. - Dangereuse.

DISTRIBUTION. - Ne s'élève pas à une grande altitude sur les montagnes. - France : commun en général. - Suisse : rare. Belgique : assez commun. Europe: Europe occidentale, centrale et méridionale.

Hors d'Europe : Sud-Ouest de l'Asie ; Nord de l'Afrique.

On a décrit 2 sous-espèces et 2 variétés de cette espèce. Les 2 sous-espèces sont les suivantes.

1.229 b. H. repens Koch H. rampante [Synonymes : Sium repens Jacq.; Apium repens Rchb. ( 1.229b., fragment de la plante. fleurie). - Feuilles en général toutes développées dans l'air, à folioles dont le contour est ovale ou presque circulaire, souvent divisées elles-mêmes en lobes ou très fortement dentées ; tiges complètement rampantes et produisant des racines adventives à la base des rameaux fleuris ou des feuilles ; ombelles portant 4 à 7 rayons et placées chacune au sommet d'un rameau qui est ordinairement plus long que les rayons de l'ombelle; involucre le plus souvent formé de 4 à 5 bractées persistantes ; involucelles à bractées membraneuses et blanchâtres sur les bords ; fruit presque globuleux (Çà et là dans une grande partie de la France ; rare en Suisse et en Belgique).

1.229 c. H. inundatum Koch. H. inondée (Synonymes : Sison inundatum L. ; Sium inundatum Lam. ; Hydrocotyle inundata Sin. ; Apium inundatum Rchb. ; Meum inundatum Spreng.) ( 1.229 c., fragment, de la plante fleurie).-Feuilles aériennes dont les folioles sont en coin à la base; feuilles submergées découpées en fines lanières allongées ; ombelles le plus souvent à 2 rayons, rarement à 3 rayons ; involucre non développé ; involucelles à 3 bractées ni membraneuses, ni blanchâtres et déjetées du côté extérieur de l'ombelle ; styles plus courts que le disque saillant sur lequel ils sont insérés ; fruit presque deux fois plus long que large (Çà et là dans le Nord, l'Est, le Centre et l'Ouest de la France, mais manque dans le Midi ; assez rare en Belgique dans la Région campinienne, rare ou très rare ailleurs en Belgique).

Flore de France page 8032