Hippocastanées. (Hippocastanaceae). Aesculus. Marronnier.

Aesculus Hippocastanum L. Marronnier Faux-Châtaignier.
Planté.
Localisation.
Habitats : Promenades, bois.
Fleurs blanches tachées de rouge et de jaune.
Taille : variables.
Fleurit du mois d'avril à mai.
Plante vivace.
Arbre à feuilles opposées, formées par de long pétiole qui porte au sommet 5 ou 7 folioles en coin à leur base ; bourgeons visqueux.


Aesculus Hippocastanum L. 13119 Saint Savournin 2005-05 (mai).

Aesculus Hippocastanum L. 13119 Saint Savournin 2005-05 (mai).

Aesculus Hippocastanum L. 13119 Saint Savournin 2005-05 (mai).

Famille : HIPPOCASTANEAE. HIPPOCASTANÉES

(des mots grecs (hippos), cheval ; (castanon), châtaigne ; châtaigne de cheva,, désignation du fruit).[Synonymes : HIPPOCATANACEAE, HIPPOCASTANACÉES, AESCULACEAE, AESCULACÉES] Cette famille est caractérisée par ses fleurs irrégulières qui ont généralement 7 étamines.


Genre: AESCULUS. MARRONNIER (du nom latin Aesculus, désignant assez vaguement, chez les anciens, une espèce de Chêne à fruits comestibles). - On reconnaît ce genre au calice dont la partie libre des sépales forme 5 dents inégales, à ses 4 pétales inégaux, ondulés et plissés, à ses 7 étamines.

Aesculus Hippocastanum L. Marronnier Faux Châtaignier. - C'est un arbre qui peut atteindre 25 m. de hauteur sur plus de 3 m. 50 de pourtour à 1 m. au-dessus du sol; on le plante souvent dans les promenades, au bord des routes, dans les villes, et il est quelquefois planté, ou subspontané dans les bois. Feuilles grandes, opposées, longuement pétiolées, digitées, à 5-9 folioles obovales en coin, acuminées, inégalement dentées, vertes, à la fin glabres, sans stipules ; fleurs irrégulières, blanches, tachées de rouge et de jaune, grandes, en thyrses pyramidaux, terminaux, dressés ; calice monosépale, en cloche, à 5 dents inégales, caduques ; 4-5 pétales, inégaux, chiffonnés, pubescents ; 7 étamines, inégales, arquées en dehors, insérées sur un disque hypogyne ; 4 style et 1 stigmate aigu ; ovaire libre ; capsule très grosse, globuleuse, coriace, épineuse, verdâtre, s'ouvrant en 3 valves, à 1-2 graines très grosses, subglobuleuses, luisantes, à hile orbiculaire.

NOMS VULGAIRES. - En français : Marronnier, Marronnier d'lnde, Châtaignier-de-cheval, Châtaignier-de-mer. En allemand : Sperwe, Rosskastanie, Pferdekastanie, Bitterekaslanie, Rosskeste, Saukastanie. En flamand : Paardekaslanje, Kastanjeboom, Galnoteleire, Vuistnoteleer. En italien : Castagno-d'India, Castagna amara, Castagna-cavallina. En anglais : Horsechestnuts, Conquerortree.

USAGES ET PROPRlÉTÉS. -- Cultivé comme arbre d'ornement; il en existe une variété à fleurs doubles; on cultive aussi l'Aesculus rubicunda Lois. (Marronier rouge). Le bois du Marronnier est mauvais pour le chauffage, pour les constructions, etc. Il ne peut guère servir que pour fabriquer de la volige pour la Layeterie ; c'est un bois très blanc et très tendre, à grain fin, utilisé quelquefois en menuiserie et en ébénisterie, et surtout par les tourneurs ou les sculpteurs; il est recherché pour fabriquer divers objets destinés à la pyrogravure, car il se gerce très peu et se déforme à peine avec le temps; on en fait aussi des vases, des corbeilles, des tables de travail, les objets étant ensuite peints à l'huile. -Les abeilles récoltent sur les fleurs un nectar abondant et qui donne un miel de bonne qualité. - L'écorce du fruit a été employée comme fébrifuge et recommandée, ainsi que l'enveloppe du fruit contre les diarrhées, les catarrhes et contre la phtisie; l'écorce des fruits est sternutatoire et astringente. Le fruit fournit une fécule presque aussi abondante, pour le même volume, que la fécule de pomme de terre (17,50 % de fécule) qui exige une extraction spéciale, mais assez facile, pour la débarrasser des produits amers contenus dans le marron-d'Inde; d'ailleurs, la production de ces fruits est trop restreinte, et la culture de l'arbre faite dans ce but serait trop onéreuse, pour que la fabrication de cette fécule, quoique d'une qualité supérieure, puisse être utilisée en grand par l'industrie On en retire une poudre qui peut servir à fabriquer du savon de toilette. Les animaux sauvages se nourrissent des fruits malgré leur amertume. On arrive à habituer les chèvres et les moutons a les consommer. -- L'aesculine, extraits du Marronnier, est employée contre les maladies du coeur. - Les feuilles renferment divers glucosides tels que la quercétine et la quercitrine. L'écorce renferme de l'aesculine qui se dédouble pour produire du glucose. Dans les cotylédons, il y a des saponines, et, entre autres, de l'argyrescine; on y trouve aussi de la quercitrines, une huile grasse, de l'amidon, du glucose, de la gomme, etc.


Flore de France page 8281